Contribution au débat sur la refonte de la formation médicale de graduation

Tout d'abord, je vous souhaite un excellent Ramadan, plein de santé, de bonté, de pardon, de paix et d'amour envers son prochain. Qu'Allah agrée notre jeûne, renforce notre foi et nous guide dans le droit chemin.

Depuis l'annonce du Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de l'introduction, dès la prochaine rentrée universitaire, de nouvelles spécialités, telles la médecine générale et la médecine de famille; ainsi que l'application du nouveau programme pédagogique pour les étudiants de la 1ère année en sciences médicales; des analyses et des réflexions ont été partagées sur les réseaux sociaux et les quotidiens nationaux.
Parmi ces réflexions, telles que celle d'un Doyen de Faculté de médecine d'un pays voisin et ami, responsable de la pédagogie médicale, et celle d'un confrère conseiller et concepteur en pédagogie médicale, responsable d'une offre de service de formation en ligne, dédiée à la pédagogie médicale; il a été mis en évidence la " hâtivité" de l'application , la non "préparation" des formateurs en médecine familiale dans le domaine de la pédagogie en sciences de la santé et la "non implication" du médecin généraliste dans l'élaboration du programme.....
Le débat est ouvert, tout point de vu est le bienvenu, dans l'intérêt de la médecine générale et d'une meilleure prise en charge du patient.
Je pense, à mon avis, en tant que représentant de la Société Algérienne de Médecine Générale , tout en ayant pris connaissance de cette annonce avec satisfaction, qu'il est encore assez tôt pour faire une analyse critique ou favorable de cette refonte du système de formation, pour le moment vu qu'on a pas encore les données, ni le modèle proposé. 
Toujours est il que la Société Algérienne de Médecine Générale ( SAMG ) est disposée et prête à collaborer avec le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique et donner des propositions en tant que société scientifique représentative des médecins généralistes, afin d'aboutir à une Formation Médicale Initiale et Post Graduée qui répondrait aux nouvelles exigences internationales en matière de soins et du suivi du patient.
Ce projet de réforme date depuis assez longtemps, je pense que le ministère de l'enseignement supérieur s'est donné le temps d'étudier et de voir quel est le système qui nous convient. Nos voisins qui étaient dans la même situation que nous, ont adopté le système canadien, nos responsables ont jugé peut être que le système français reste celui qui est le plus adaptable à l'ensemble de nos moyens.
Le choix d'un modèle de formation pour la médecine de famille se fait en fonction du contexte , du financement et des personnes-ressources.
Un modèle de formation est toujours discutable , la conférence des doyens doit associer au débat tous les partenaires et aussi tenir compte de l'avis des experts en la matière.
La Société Algérienne de Médecine Générale ( SAMG ) doit contribuer à améliorer la démarche et créer un partenariat de formation avec les facultés de médecine.

 texte

Partenaires

Suivez-nous

Newsletter SAMG

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !